Réinventer l’atelier d’écriture

Il y a quelques semaines, j’ai reçu une demande originale qui m’a encouragée à construire un atelier d’écriture sur-mesure.

La situation initiale

Judit est entrepreneure, elle crée des sites internet pour les professionnels des métiers de bouche. Indépendante, elle est donc aussi gestionnaire, communicante, comptable et tant d’autres métiers. Judit m’écrit parce qu’elle se sent moins à l’aise avec la communication écrite qu’orale. Pourtant, elle sait bien qu’il lui faut rédiger pour animer son site et ses réseaux sociaux. Elle a des idées de contenus, mais ne trouve pas son style et n’ose pas publier ses textes.

Le défi

J’aime concevoir des ateliers d’écriture qui se concentrent sur le processus : on teste, on joue, on écrit sans viser de publication immédiate. L’idée est surtout de s’autoriser, de créer, d’essayer, d’observer ce qui se met en œuvre… bien loin d’objectifs de résultat. La démarche de mes propositions d’écriture s’appuie sur la dynamique de groupe pour valoriser chaque production et la multiplicité des choix et styles. Ici, rien de tout ça : il va falloir arriver à un résultat concret et je n’aurai pas de groupe sur lequel m’appuyer, le challenge me titille !

Pour pimenter un peu cette histoire, le confinement lié au Covid19 a décidé que cet atelier d’écriture se ferait par visio plutôt que face à face. Tant pis… allons-y !

Le jour J

J’ai hâte de travailler avec Judit, je sais qu’elle est volontaire et qu’elle a en elle toutes les ressources nécessaires alors place au jeu ! J’ai décidé de lui redonner goût aux mots en détournant le sérieux de ses impératifs professionnels. On part donc sur plusieurs courtes propositions d’écriture autour des souvenirs de Georges Perec et du portrait chinois inspiré du questionnaire de Proust. L’occasion d’emmener Judit sur son terrain de prédilection : la nourriture, les repas, la ripaille… bref, le plaisir culinaire !

Son carnet se remplit, sa liste de courses de mots s’allonge, entre temps si quelque chose bloque, on en discute ensemble. Après s’être bien dérouillées, on passe à un cas pratique, elle choisit un post qui lui pose problème. Et là, je décide de… lui rajouter une contrainte ! Étrange ? Eh bien non, le principe des contraintes fait encore une fois ses preuves : en se concentrant sur la forme, le fond arrive tout seul et très vite, le post est quasi fini. On reformule un peu, on se rassure et on y est !

Écrire l’avenir

Je laisse Judit avec une proposition plus longue, sans lien direct avec son calendrier éditorial : une récréation d’écriture créative. Écrire sur un thème qu’elle aime pour le plaisir. Si des idées de contenus en ressortent, tant mieux, sinon ce n’était pas la question, elle aura toujours retrouvé le crayon.

Avant l’atelier, j’avais réfléchi à l’aider sur le long terme : comment ne pas « l’abandonner » à l’écriture ? J’ai conscience que nos blocages sont souvent bien ancrés et qu’ils ne disparaissent pas en 2 heures. Comment faire ? Je lui ai imaginé une boîte à outils avec plusieurs contraintes d’écriture, certaines testées en atelier, d’autres à découvrir.  De cette façon, quand elle se lance seule, elle peut aller y piocher et retrouver les nouveaux réflexes positifs et inspirants.

Une expérience hors de l’ordinaire

  • une personne et non un groupe,
  • un besoin de résultat et non le travail du processus,
  • en visio et non en face à face.

Toutes ces données qui paraissaient difficiles, voire même incompatibles avec les bulles de créativité que j’aime créer, m’ont finalement confirmé que les ateliers d’écriture sont un outil puissant. Ils peuvent s’adapter aux besoins et à la situation, avec toujours la même intention : redonner aux participant.e.s la main sur leurs textes, la confiance dans leurs capacités et une certaine complicité avec les mots !

PS : non seulement Judit a assuré pendant l’atelier, mais elle a aussi fourni une jolie photo d’étape !

Posts created 35

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut