11 octobre 2020 | Mon métier

Les 3 ans d’ABClivre

 Un grand merci à Laure Garancher pour cette illustration.

Aujourd’hui, ABClivre fête ses 3 ans

À trois ans, on entre à l’école. Pas encore l’âge d’apprendre à lire, mais on quitte le cocon. L’année dernière, je vous écrivais que ça y est, j’assumais, j’étais entrepreneuse, j’étais ABClivre… et pourtant, quelle marge de progression il y avait encore !

Écrire & vieillir

En novembre 2019, j’animais mon premier atelier d’écriture avec les résidentes d’un EHPAD. Sacré défi quand la moitié des participantes ne pouvait tenir un stylo. Mais grâce au thème des couleurs et à des propositions adaptées, nous avons partagé un joli moment d’écriture et de souvenirs.

En décembre, je suis invitée à présenter mon parcours à des professionnelles. D’abord, devant un petit groupe, puis par écrit. Je prends conscience du chemin parcouru et j’ai un plaisir fou à voir que d’autres indépendantes s’y reconnaissent. La force du storytelling quand on est à son compte, nous y reviendrons.

Commencer l’année en beauté

Dès le 3, je fais une belle rencontre et signe une nouvelle biographie. Future retraitée, on s’embarque pour le récit d’une vie professionnelle et personnelle riche et mouvementée. Des confidences fortes.
Le premier atelier de l’année, à l’hôtel Maisons du monde, est complet rapidement et le groupe de la soirée se crée une complicité incroyable en à peine deux heures.
2020 semble sur une belle lancée quand nous sommes stoppés en plein vol par la crise du COVID-19 et le confinement.

Caler au printemps

Au début, c’est la claque. Je souffre d’annuler les ateliers prévus. Au bout de quelques semaines, occupée à des tâches invisibles de fond (questions juridiques, retraite, assurance, contrat, j’en passe et des meilleures), je reprends les entretiens de la biographie en cours en visio et programme 2 ateliers en ligne. Ras le bol d’être enfermée, par non plus envie de penser à l’extérieur, je choisis le défouloir et ça vous plait ! On dit des gros mots, on râle et on gère l’outil en ligne comme personne.

Se former, toujours

En parallèle, je reçois de nouvelles demandes de conseils sur de chouettes manuscrits et j’ai envie d’emmener mes accompagnées plus loin. Je cherche et trouve la formation de Manon qui sera une révélation. Je connais mieux mon rôle, ma posture, je sais où s’arrête mon champ d’action, et j’imagine deux programmes : trouver son rythme d’écriture et trouver sa voix, que j’expérimente bien vite sur le terrain, à votre grand bonheur.

Cette formation m’enrichit, elle m’encourage à continuer d’apprendre, à renforcer ce qui n’est pas mon « cœur de métier ». Je participe aussi à la bulle de bienveillance et de créativité que sont les ateliers d’Amélie et son programme d’écriture en 21 jours.

Concevoir & renouveler

Maintenant que tout est plus clair, je profite de la présence de Judit pour mettre mon site à plat et pour valoriser la création de Juliette (merci les Vikings !). Je me réapproprie ce terrain de jeu : mon site avait été piraté et j’avais très mal vécu l’idée de le perdre. L’attachement à cet espace d’expression, à ce lien avec vous, est flagrant, c’est le prolongement de ma réflexion. Ce site, vous le parcourez actuellement, il a enfin les couleurs et l’univers qu’il mérite.

Juin, on ressort et tout s’accélère. J’écris devis sur devis, sur des projets plus passionnants les uns que les autres. Je décide aussi de lancer la deuxième saison des ateliers d’écriture nomade avec l’île de Versailles en invitée d’honneur. Il pleut, mais qu’est-ce qu’on s’amuse ! Mon programme est ambitieux, mais vous êtes nombreux à vous inscrire, merci ! Presse Océan, France Bleu, Le petit futé… les ateliers nomades font l’unanimité.

L’été s’écoule entre accompagnements, rédaction, ateliers, coworking au café, quelques jours en Vendée et de nouveaux contrats. Septembre. J’écoute, je transcris, j’écris, je transmets. Vos récits me portent. Et cette décision au creux de moi de ne pas s’arrêter là.

Progresser grâce à vous

Tout faire pour que ABClivre soit mon métier, ma passion encore longtemps. Ces 8 lettres m’apprennent tellement. Elles me poussent à réfléchir à ma place dans la société, à mes compétences, mes doutes et mes instincts. J’apprends par tous les pores de ma peau. Je m’écoute, j’invente, j’essaye et je recommence. Je progresse.

Aujourd’hui, ABClivre a 3 ans. Et moi, 30. J’ai triché et rédigé ce post en avance (dans ma baignoire, il faut l’avouer). Cette semaine, pour la première fois de l’année, je coupe complètement.  Je devais être à Edinburgh, ville de mon cœur. Je suis finalement avec la meilleure compagnie qu’il soit dans un endroit caché de Bretagne, autre terre de pubs et de légendes. Je me ressource et je vous reviens, inspirée et prête à aligner les mots à vos côtés.

Merci de m’avoir lue, merci d’être chaque jour plus nombreux à vous lancer dans l’aventure de l’écriture en – me – et en – vous – faisant confiance. J’ai hâte de la suite avec vous.

Articles similaires

Travailler à l’atelier Viking

Travailler à l’atelier Viking

Depuis bientôt un an, j'ai rejoint l'équipe des Vikings. Du sport ? Non, une association nantaise pour l'entrepreneuriat féminin. Un espace de coworking pour les femmes Pourquoi moi qui vante souvent les qualités de mon bureau à la maison, le confort de mon pyjama...

Apprendre l’étymologie à l’Université Permanente

Apprendre l’étymologie à l’Université Permanente

Découvrir l'Université Permanente Ouverte à tous, avec des tarifs très accessibles, voisine de l'éléphant sur l'île de Nantes, des cours allant de l'histoire à la criminologie en passant par la botanique, 250 conférences par an... la découverte de l'université...